Sélectionner une page

Savoirs numériques : Connaître la différence entre les savoirs numériques et l'alphabétisation numérique

On entend souvent parler de l’importance des connaissances numériques pour les apprenants du XXIe siècle. Malheureusement, beaucoup se concentrent sur les compétences plutôt que sur l’alphabétisation. Les savoirs numériques se concentrent sur le quoi et le comment. La culture numérique se concentre sur le pourquoi, le quand, le qui et le pour qui.

Par exemple, l’enseignement des savoirs numériques consisterait à montrer aux élèves comment télécharger des images sur Internet et les insérer dans des diapositives PowerPoint ou des pages web. La culture numérique viserait à aider les étudiants à choisir des images appropriées, à reconnaître les licences de droits d’auteur et à citer ou obtenir des autorisations, en plus de rappeler aux étudiants d’utiliser des textes alternatifs pour les images afin de soutenir les personnes souffrant de handicaps visuels.

Les savoirs numériques porteraient sur l’outil à utiliser (par exemple, Twitter) et sur la manière de l’utiliser (par exemple, comment tweeter, retweeter, utiliser TweetDeck), tandis que la culture numérique comprendrait des questions approfondies : Quand utiliseriez-vous Twitter au lieu d’un forum plus privé ? Pourquoi l’utiliseriez-vous à des fins de sensibilisation ? Qui se met en danger en le faisant ?

Pensez à l’utilisation des médias sociaux pendant le printemps arabe. Les gens ont utilisé les médias sociaux d’une manière qui allait bien au-delà du fait de savoir cliquer et de s’immerger dans les utilisations civiques et les moyens de naviguer pour communiquer avec les autres sous le radar d’un gouvernement qui entrave la communication. C’était une façon à la fois de s’encourager mutuellement à rester critique et de se soutenir mutuellement dans l’adversité de manière créative.

Si vous connaissez les huit éléments de la littératie numérique du chercheur en éducation Doug Belshaw, je viens de mentionner les éléments civiques, critiques, créatifs et communicatifs. Les quatre autres sont les éléments culturels, cognitifs, constructifs et la confiance en soi. Ce dernier élément est important et prend du temps à se construire.

L’apprentissage dans le monde réel

Enseigner la culture numérique ne signifie pas enseigner les savoirs numériques dans le vide, mais le faire dans un contexte authentique qui a du sens pour les élèves. Cela signifie qu’il faut enseigner progressivement plutôt que de manière séquentielle, ce qui aide les apprenants à mieux comprendre et à être plus clairs au fil du temps.

Au lieu d’enseigner comment utiliser un hashtag et comment tweeter et retweeter, je donne à mes élèves des tâches significatives pour les aider à apprendre. (Twitter joue un rôle important dans mon enseignement, mais les éléments essentiels peuvent être appliqués dans de nombreux contextes technologiques).

Une fois que les étudiants ont acquis la compétence nécessaire pour utiliser plusieurs plateformes comme wix site, je leur laisse le choix de la plateforme à utiliser pour le support dont ils ont besoin, mais je m’assure qu’ils posent des questions. Quand est-il préférable de faire une recherche sur Google plutôt que de poser une question sur Twitter ? Pourquoi les élèves devraient-ils tweeter à un hashtag ou à une personne en particulier plutôt qu’à une autre ? Lorsqu’ils tweetent avec des personnes d’un autre pays dans un autre fuseau horaire, quel type de contexte doivent-ils prendre en compte ? Que devraient-ils ajouter, supprimer ou modifier pour mieux communiquer ?

Correspondance fondamentale

Lorsque nous encourageons les élèves à utiliser la technologie, leur rappelons-nous les risques liés à la mise en ligne de leurs informations et leur donnons-nous le choix de la quantité d’informations personnelles à révéler ? Nos élèves reconnaissent-ils les façons dont les paramètres de confidentialité de Facebook changent continuellement sans la permission de l’utilisateur, et ce que la publication d’une photo aujourd’hui peut signifier pour leurs futures opportunités d’emploi ? Les élèves reconnaissent-ils l’importance de protéger leurs appareils par un mot de passe et d’avoir des mots de passe différents selon les plateformes ?

Nous devons également reconnaître les risques liés aux blogs et aux tweets, qui ouvrent notamment des possibilités d’abus. Nous ne devrions pas jeter les étudiants dans le domaine public pour discuter de sujets sensibles sans avoir des conversations avec eux sur ce à quoi ils pourraient être confrontés et sur les risques qu’ils sont prêts à prendre, sur la manière dont ils les géreraient et sur la manière dont ils pourraient se soutenir mutuellement. Nous devrions ensuite leur donner une option privée s’ils le souhaitent.

Pour être honnête, j’évite de mettre mes élèves dans des situations à haut risque, mais cela ne signifie pas qu’il faille éviter d’enseigner la culture numérique. Cela signifie qu’il faut discuter avec eux des raisons pour lesquelles ils afficheraient une vraie photo d’eux en tant qu’avatars plutôt que quelque chose de plus abstrait. Cela signifie qu’il faut parler du public auquel ils s’adressent et des personnes qui pourraient accidentellement tomber sur leurs blogs ou leurs tweets. Cela signifie ouvrir le dialogue sur les raisons pour lesquelles nous écrivons en public, à quelle fin et au profit de qui.

Je place les étudiants dans des situations authentiques autant que possible. Lorsqu’ils tweetent et bloguent, ils ont un public au-delà de notre classe. Je demande aux élèves de tweeter à d’autres éducateurs et apprenants (au niveau local et international). Ils tweetent sur leurs questions brûlantes et cherchent à obtenir des commentaires sur ce sur quoi ils travaillent pour la classe. Lorsque nous travaillons avec d’autres cultures, nous abordons les questions d’inégalités liées à l’utilisation des langues et aux infrastructures.

 Utiliser le jugement

 

Il est important que les étudiants reconnaissent que si la technologie nous donne beaucoup de pouvoir, elle nous restreint également de nombreuses façons, et nous devons nous demander comment les moyens de la technologie modifient notre communication et notre comportement.

Par exemple, il est utile de discuter du processus de Wikipédia. Bien que Wikipédia ne soit pas une source scientifique, c’est généralement un bon point de départ pour apprendre quelque chose. Cependant, les élèves doivent savoir comment elle est mise à jour. Ils doivent reconnaître qu’il existe des discussions en amont sur ce qui apparaît sur le site. Ces discussions peuvent être marquées par une dynamique de pouvoir, ce qui fait que les questions controversées semblent déséquilibrées lorsque des auteurs plus puissants bloquent les points de vue alternatifs.

De plus, il est utile de discuter de la manière d’améliorer l’accessibilité du contenu numérique des étudiants. Sont-ils conscients de l’importance d’utiliser des polices de caractères faciles à lire ? Sont-ils conscients de l’accessibilité des couleurs ? Savent-ils qu’il faut fournir des textes alternatifs aux images ?

La culture numérique ne concerne pas les compétences d’utilisation des technologies, mais la manière dont nous utilisons notre jugement pour rester conscients de ce que nous lisons et écrivons, des raisons pour lesquelles nous le faisons et des personnes auxquelles nous nous adressons.

Nous ne pouvons que commencer à semer les graines de cette culture critique dans nos classes et espérer que les élèves la transmettront au-delà de la salle de classe et dans leurs identités et leurs vies de plus en plus numériques.